Il y a 15 ans, Mark Zuckerberg avait pensé Facebook comme un lieu ouvert et de partage (de la vie privée). Aujourd'hui, le patron de Facebook semble vouloir changer de cap, et notamment en terme de data privacy...

DATA PRIVACY : CHANGEMENT DE CAP POUR FACEBOOK ?

Publié le 07 Mars 2019, par Pierre BRYL

 

mark zuckerberg souhaite redorer l'image de facebook en assurant la securite des donnees utilisateurs

Les dernières années de Facebook n'ont pas été des plus heureuses après que Mark Zuckerberg ait essuyé plusieurs scandales, notamment en ce qui concerne la protection de la vie privée de ses utilisateurs, fragilisant ainsi le titan qu'il avait bâti en 2004.
La data privacy, c'est l'axe sur lequel veut justement se pencher le patron de Facebook pour redorer le blason du réseau social qui pèse encore aujourd'hui près de 40 milliards de dollars. Mais la tâche ne sera pas si simple...

 

LA DATA PRIVACY, NOUVEAU CRÉNEAU DE FACEBOOK ?

Et si Facebook reniait ce qui fait son succès depuis 15 ans ? C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre Mark Zuckerberg dans un communiqué ce mercredi 06 Mars. Ce dernier a en effet affirmé vouloir se recentrer sur des fonctionnalités data privacy friendly.
Reconstruire l'image de Facebook autour de la vie privée ? En voilà une drôle d'idée pour celui qui a été l'un des pionniers des réseaux sociaux open platform !

Plus qu'un retour en arrière, Zuckerberg considère cela comme sa "nouvelle vision" des réseaux sociaux : "d'une place publique numérique, les gens veulent plus passer du temps dans un salon numérique". En parallèle, ce dernier indique que "la vie privée donne aux gens la liberté d'être eux-mêmes et de se connecter plus naturellement, c'est pourquoi nous construisons des réseaux sociaux", ajoute-t-il.

 

Rassurons tout de suite les Facebookers avertis, le fil d'actualité tel qu'il existe aujourd'hui demeurera. Le changement intervient sur l'intégration des services de messagerie WhatsApp, Messenger et Instagram (annoncée en début d'année) dans le respect de la confidentialité. Pour ce faire, l'accent sera mis sur le chiffrement de bout en bout (où seules les personnes qui communiquent peuvent lire les messages) et l'éphémère avec la suppression automatique des messages passé un certain délai.

Seulement, le scepticisme est de mise au sein de la société, qui n'a pas oublié les récents scandales qui ont entâché le géant américain (particulièrement Cambridge Analytica) en ce qui concerne le respect de la vie privée de ses utilisateurs.
Alors, la nouvelle démarche de Facebook est-elle vraiment data privacy friendly ?

 

CAP, ROC OU PÉNINSULE POUR FACEBOOK ?

Conscient du défi qui se dresse devant lui, Mark Zuckerberg doit aussi convaincre les experts en matière de data privacy.
"Nous n'avons pas la réputation actuelle de créer des services de protection de la vie privée et je comprends que beaucoup de gens pensent que Facebook ne peut, ni ne veut construire ce type de plateforme", admet-il.

"Mais nous avions maintes fois montré que nous pouvions évoluer pour créer les services que les gens veulent vraiment, y compris dans la messagerie et les récits privés". Il assure néanmoins que Facebook ne pourra pas collecter de données sur le contenu des messages de ses utilisateurs. Plus qu'un changement de cap, que dis-je... s'agirait-il là de contourner une péninsule pour Facebook ? 

 

Zuckerberg, qui cherche à entrer sur le marché chinois depuis longtemps, a pourtant bâti le modèle commercial de Facebook sur l'exploitation d'informations extrêmement volumineuses et détaillées sur ses internautes pour vendre de la publicité.