Lancement des soldes d'été dans moins d'une semaine : des nouveaux concepts pour supplanter les enseignes classiques ?

SOLDES D'ÉTÉ 2018 : UN RAYON DE SOLEIL POUR LES ENSEIGNES ?

Le 21 Juin 2018, par Pierre BRYL

 

Voilà l'été, voilà l'été... Hey ! Chaque année, l'arrivée du beau temps rime avec "soldes" pour trois Français sur quatre, selon un sondage Toluna et relayé par le Journal du Net. Comme à chaque fois depuis quelques années, nombre d'enseignes concernées proposent ventes privées et pré-soldes avant le top départ, la faute à un désintérêt de plus en plus important des acheteurs. L'édition 2018, qui s'étend du 27 Juin au 7 Août, ne devrait hélas pas déroger à la règle.

 

La Redoute, Monshowroom, Mango, Okaïdi, Pimkie mais aussi le grand centre des Galleries Lafayette. Il n'existe plus un seul magasin de mode chez qui on ne trouve pas de pré-soldes ! À croire que la période des soldes a un effet "Noël" sur les enseignes qui n'en peuvent tellement plus d'attendre, qu'il leur faut à tout prix démarquer tous les articles soigneusement étiquetés avant le fameux lever de rideau. Les sites de vente en ligne s'y mettent aussi. L'évènement qui, chaque année est attendu par TOUTES (et parfois tous... un peu) semble laisser progressivement sa place aux profit de sa version non-officielle. Comme si la première partie d'un concert présentait plus d'intérêt que le concert lui-même. Pas besoin de chauffer le public, il est déjà "chaud" pour acheter ! Il n'est désormais pas rare de voir des articles stickés à -50% avant même que le feu vert des soldes estivales n'ait été donné. La raison ? Un classicisme des enseignes brick & mortar (comprenez magasins physiques) qui ne séduit plus les jeunes générations, sentiment renforcé par la diversité d'articles proposée chez les vendeurs online.

 

Ce désamour des soldes est devenu chronique en France et se ressent chez certaines grandes enseignes, comme H&M. Seulement, dire que le simple désintérêt des consommateurs et la concurrence d'Internet sont les seuls responsables de la petite mort des systèmes physiques serait purement réducteur. Notre façon de consommer change et entraîne une désappropriation des biens, et donc une désertification partielle de certains magasins. De plus en plus de consommateurs se tournent en effet vers le marché de l'occasion et de la location. Le marché du luxe n'y échappe pas puisque ses articles d'occasion représentent près de 16 milliards d'euros. Premiers concernés par ce marché parallèle : les millenials. Vinted, Leboncoin, eBay... les sites de vente entre particuliers n'ont jamais eu une telle cote de popularité. 

 

Le ecommerce, lui, est en plein boom pendant les soldes. E-resa, click & collect... les enseignes omnicanales sont armées pour répondre au flux incessant de la demande sur le web et en magasin. En effet, les bricks & mortars arrivent à tenir la barre en diversifiant leurs canaux de vente. En matière de commerce omnicanal, King Jouet, bien que moins concerné que le marché de la mode par les soldes estivales, affiche de belles statistiques sur les canaux de vente online et magasin. 3ème enseigne du jouet en France, le groupe originaire de Voiron, en région Rhône-Alpes, intègre le concept d'e-réservation depuis 2004 avec pour conséquence une augmentation des ventes sans accroître la charge de travail des employés.
Ce type de concept devrait à nouveau rencontrer un franc succès cette année, pourvu que le soleil reste de la partie.